Etape 3 sur 7

Vendredi soir

"Nous laissons nos inhibitions à la porte et saisissons l'opportunité de nous rassembler autour de la table de Chabbat et de chanter ensemble."

Vendredi soir

Il nous arrive souvent d’être si absorbé par nos activités quotidiennes que nous avons rarement l’opportunité d’apprécier ce qui nous entoure. Chalom Aleikhem, à travers le regard des anges, nous offre l’opportunité de prendre du recul et de contempler notre vie, notre famille et notre environnement.

Nous souhaitons la bienvenue et accueillons les anges de Chabbat qui, selon le Talmud, rejoignent nos foyers chaque Chabbat. Qu'observent-ils à l'occasion de cette visite? Des bougies aux flammes vacillantes, une table dressée, un repas de fête préparé soigneusement, une famille et des amis réunis dans une atmosphère de joie et de sérénité. Nous réalisons à quel point ce moment est précieux.

Enfin, nous bénissons les anges avant de les raccompagner et de vivre pleinement cette expérience unique qui se profile.


Échét 'Hayil” est une invitation à être remarquable: à rejoindre la solidarité des femmes juives à travers les âges qui ont bâti notre grand peuple.” Adina Bankier-Karp, Australie

Écrite par le Roi Salomon, cette ode à la "femme" peut être comprise au sens simple, mais également être interprétée comme chantant la gloire de la Chekhina (présence divine), du Chabbat, de la Torah, de la Sagesse et de l'Âme. C'est la Femme Juive qui a été choisie comme prisme pour décrire ces concepts spirituels profonds.

Imprimez  “Chalom Aleikhem” et Échét 'Hayil” inclus dans votre guide du Vendredi soir (Hébreu et phonétique).


Bénédiction des enfants

S’arrêter pour bénir nos enfants une fois par semaine nous permet d'apprécier à quel point nous sommes bénis de les avoir à nos côtés.
– Joe Lieberman, ancien Sénateur américain

Birkat Habanim

Nul besoin d'être à la synagogue, en présence de rabbins ou de Cohanim pour bénir et se faire bénir. Nous avons tous la possibilité de bénir. Il n'y a rien de plus puissant que la bénédiction adressée par des parents à leurs propres enfants, chez eux, à la maison.

Chabbat est un moment familial pendant lequel les parents peuvent offrir à chaque enfant un moment d'attention et de douceur. Ce sont de tels instants qui construisent les familles.


Imprimez votre feuillet “Bénédiction des enfants" (Hébreu et phonétique).

De quelles bénédictions nos enfants ont-ils besoin?


Profitez de cette occasion pour personnaliser vos bénédictions, après avoir récité la bénédiction traditionnelle. Vous pouvez les féliciter s'ils ont apporté de l’aide à quelqu'un au cours de la semaine précédente, ou pour les efforts qu’ils réalisent au quotidien: vous obéir, vous parlez poliment, pour leur travail scolaire... et encouragez-les pour la semaine à venir.
Voici quelques idées:


  • Fais ce qui est bien et juste, même lorsque personne ne te regarde.
  • Si tu te dis que c’est possible, tu pourras le faire.
  • Sois le meilleur ami possible.
  • Sois honnête. Sois gentil. Sois positif.
  • Sois la personne que tu souhaiterez rencontrer.
  • N’ais pas peur des erreurs! C’est ainsi qu’on apprend.
  • Apprends de toutes les personnes que tu rencontres.
  • Concentres-toi sur ce que tu fais.
  • ...
  • La liste n’a pas de limite, laissez place à votre imagination.


    Lorsque je bénis chaque enfant, je pense à leurs forces et leurs faiblesses. Je pense à tout ce que je veux pour eux, pour leur avenir. Après le chaos de la semaine, c'est notre moment de partage avec eux.
    – Rav David Cohen

    Kiddouch du vendredi soir

    Le Kiddouch symbolise notre partenariat avec D.ieu. Il a créé le Chabbat, mais à travers nos paroles et avec une coupe de vin, nous le sanctifions. Le mot hébreu Kiddouch signifie «sanctifier». Sans Chabbat, rien ne peut séparer un jour d'un autre. Par le Kiddouch, nous déclarons la sainteté du jour et remercions D.ieu d'avoir choisi notre peuple pour sanctifier le Chabbat.

    Nous remplissons une coupe de vin (ou de jus de raisin) et nous récitons la bénédiction. C'est une occasion unique d’ouvrir une belle bouteille de vin rouge cacher en l’honneur de Chabbat. Les enfants ont hâte de boire un verre de jus de raisin bien sucré.

    Nous sommes les protagonistes de cette journée unique de 25 heures. Nous nous réunissons autour de nos tables de Chabbat et récitons les bénédictions anciennes et immuables du Kiddouch - dans lesquelles nous déclarons que D.ieu a créé le monde et nous a libéré d'Égypte.



    Imprimez votre feuillet du Kiddouch du vendredi soir (Hébreu et phonétique) version Ashkénaze et Sépharade.

    Pourquoi mangeons-nous de la ‘Hallah le Chabbat?

    Où que vous vous trouviez dans le monde, vendredi soir vous serez sûr de trouver de la ‘Halla. Que vous achetiez de la jalá en Espagne, de la Challa en Australie ou du pão chalá au Portugal - le pain tressé est si bon qu'il s'agit d'une expérience à part entière.

    Deux ‘Hallot se trouvent sur la table pour rappeler la double portion de manne que D.ieu faisait descendre chaque vendredi dans le désert en prévision du Chabbat. Nous couvrons le pain, en souvenir de la rosée qui protégeait la manne dans le désert. Nous trempons la 'Halla dans le sel avant de la manger comme cela se faisait sur l'autel dans le Temple. Tous ces actes nous rappellent que D.ieu pourvoit à tous nos besoins et que le fait même de s'asseoir à la table de Chabbat n'est rien de moins qu'un acte de service divin.

    Nous nous lavons les mains et récitons la bénédiction sur deux ‘Hallot à chaque repas de Chabbat. Ensuite, nous coupons le pain, le trempons dans du sel et le faisons passer pour que chacun ait un morceau. Alors que vous goûtez la ‘Halla, imaginez le goût de la manne qui venait directement de D.ieu, il y a tant d'années.

    Imprimez-ici votre feuillet de Netilat Yadayim et Motsi  (Hébreu et phonétique). 

    Mangez et profitez

    Il convient de ne pas parler entre le moment où nous nous lavons les mains, le moment où nous récitons la bénédiction sur le pain et sa consommation. C’est probablement la seule fois de la soirée où la salle à manger ne sera pas emplie de conversations, de rires, d’histoires et de chansons. (Et, malgré le tumulte, il y a presque toujours quelqu'un qui a du mal à rester éveillé jusqu'à la fin du repas!)

    La bénédiction sur le pain (Hamotzi) et la première bouchée de pain donnent officiellement le coup d'envoi du repas! Il est maintenant temps de profiter et de célébrer le Chabbat. Le repas de Chabbat est le cadre idéal pour un repas intime en famille ou un grand rassemblement d'amis et de futurs amis. Certaines personnes chantent des chansons de Chabbat, d'autres partagent des histoires ou des paroles de la Torah.

    Birkat Hamazone (Bénédictions après le repas)

    Le remerciement est une partie fondamentale de la vie juive. Quand nous avons fini de manger, nous récitons le Birkat Hamazone, remerciant D.ieu pour la subsistance qu'il nous a fourni, et continue de nous fournir. Certains chante le Birkat Hamazone tandis que d’autres se concentrent sur les mots et leurs significations.

    Nous récitons le Birkat Hamazon après tout repas qui comprend du pain (à base de ces 5 céréales: blé, orge, épeautre, seigle, avoine). Il se compose de quatre bénédictions qui témoignent de nos remerciement pour la nourriture que D.ieu nous donne, la terre d'Israël, la ville de Jérusalem et l'abondance de bonté que nous recevons de D.ieu en général.


    Imprimez votre feuillet Birkat Hamazone (Hébreu et phonétique) version Ashkénaze et Sépharade.


    Après le repas, certains se retrouvent autour de la table pour discuter pendant des heures, tandis que d'autres se précipitent dans leur lit pour se coucher tôt. C'est le moment idéal pour jouer à des jeux de société (ceux qui n'impliquent pas d'écriture ou d'électricité), lire un livre ou faire une promenade. Enfin, sans Instagram, Facebook, WhatsApp ou Youtube pour vous interrompre à tout bout de champs, sans email à répondre ou de séries à rattraper - juste vous et le moment présent.