Chabbat: Une source de réconfort en période de tourmente

by Grand Rabbin Dr. Rav Warren Goldstein

En tant qu'êtres humains, nous cherchons à comprendre, anticiper et contrôler. Ne pas savoir est une expérience profondément déconcertante. Nous ne voulons pas vivre avec l’incertitude. Nous voulons savoir. Et lorsque nous ne savons pas, cela nous met dans la tourmente.

De nombreuses études démontrent la relation de causalité entre l'intolérance à l'incertitude et les troubles de santé mentale graves - trouble anxieux, trouble obsessionnel compulsif, dépression sévère.

Nous recherchons un sentiment de contrôle sur nos vies et notre bien-être. Et tout cela s’est évaporé en 2020.

Cette dernière année, nous avons tous vécu une expérience historique des plus marquante et des plus inoubliable. Nous avons vu tout ce que nous savons et en qui nous avons confiance se désagréger. Chaque certitude, prédiction, attente a été bouleversée. Le monde a été dévié de son axe. La pandémie de coronavirus a changé notre monde, ne laissant aucun aspect de nos vies intact.

L'incertitude est partout. Incertitude quant à notre santé, à notre travail, à la fin de la pandémie ou à savoir si la vie reviendra un jour à la normale.

C’est une incertitude qui comporte un grand danger. Lors d'un récent Webinare que j'ai organisé avec le célèbre historien juif, le Rav Berel Wein, il a noté comment l'incertitude à l'échelle de la société qui a accompagné la pandémie de grippe espagnole de 1918 a conduit à la montée du fascisme. Malheureusement, nous assistons certainement à une augmentation de la polarisation et de l’instabilité.

Maintenant, comme le monde que nous connaissions, le monde dont nous étions tous si sûrs, devient de jour en jour moins solide et fiable, nous cherchons tous quelque chose à quoi nous raccrocher. Quelque chose qui nous donnera un sentiment de stabilité dans un monde en mouvement. Quelque chose qui apaisera notre angoisse existentielle et nous apportera soulagement et réconfort. Une telle chose existe-t-elle?

Je crois que oui. Et je crois que nous pouvons trouver une mitsva particulière pour cela - décrite par le Talmud (Chabbat 10b) comme un cadeau de D.ieu. C'est une mitsva qui nous aide à faire face à nos questions existentielles les plus profondes, nous permet de concevoir un style de vie plus significatif et nous offre l'espoir d'un avenir meilleur.


Cette mitsva est, bien sûr, Chabbat.

Chabbat est la déclaration de foi ultime - une foi que nous proclamons à travers le Kiddouch que nous récitons le vendredi soir. Avec les paroles du Kiddouch, nous témoignons que D.ieu a créé le monde. Il y a un grand réconfort à savoir que D.ieu a le contrôle, surtout pendant des périodes comme celles-ci. À un moment où nous nous sommes tous sentis si vulnérables, nous mettons notre foi et notre confiance en notre Créateur.

Faire confiance à D.ieu ne veut pas dire que nous croyons que tout va se passer exactement comme nous le voulons; c'est plutôt une compréhension que tout ce qui se passe dans nos vies fait partie du plan de D.ieu, et finalement pour le bien; que le monde et nos vies sont entre Ses mains aimantes et qu'Il nous porte à travers cela. (‘Hazon Ich, Emouna & Bita’hon Ch. 2).

Cette confiance profonde en D.ieu est symbolisée par les deux ‘Hallot sur notre table de Chabbat. Nous savons que D.ieu a nourri notre peuple dans le désert pendant quarante ans avec la manne du ciel. Les deux ‘Hallot à chaque repas de Chabbat nous rappellent la double portion de manne qui est tombée vendredi pour que le peuple juif n'ait pas à la recueillir pendant Chabbat (Chabbat 117b). Ils nous rappellent que notre propre nourriture aujourd'hui est tout aussi miraculeuse - qu'elle vient du ciel même si elle ne tombe pas du ciel. Le Chabbat, comme nos ancêtres dans le désert, nous déposons nos fardeaux et nos angoisses, et plaçons notre confiance en Dieu.

Nous ne sommes peut-être plus en train d'errer dans le désert, mais notre avenir est tout aussi inconnu et imprévisible, et nos vies tout aussi précaires. Spécifiquement en ce moment. Tout au long de la crise du Covid-19, nous avons ressenti notre vulnérabilité de manière aiguë, d'un point de vue sanitaire, d'un point de vue financier. Mais chaque semaine, Chabbat nous inculque la foi pour affronter un avenir incertain avec tranquillité et confiance.

Chabbat, nous nous rappelons que D.ieu a créé ce monde; qu'Il en a finalement le contrôle et qu'Il nous porte. Lorsque nous nous réunissons autour d'une table en famille et disons les paroles du Kiddouch, réaffirmant notre croyance en D.ieu en tant que Créateur; lorsque nous regardons les deux ‘Hallot sur la table et que nous nous rappelons qu'Il prend soin de nous et que nous pouvons lui faire confiance pour faire ce qui est finalement pour notre propre bien; lorsque nous ressentons ce sentiment de confiance, de clarté et de tranquillité d'esprit - nous pouvons aborder ces questions existentielles profondes.

Chabbat nous permet de faire confiance et de faire la paix avec notre vulnérabilité, avec notre ignorance. Il apaise nos peurs existentielles, nous aidant à trouver la stabilité au milieu de l'incertitude et de la cohérence dans le chaos.

Dans les derniers instants de Chabbat, nous avons un belle coutume de chanter les paroles du chapitre 23 des Psaumes, composées par le roi David par prophétie (Pessa'him 117a; Zohar, I 179a), des paroles sur la confiance en Dieu: «Même quand je marche à travers la vallée de l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal car tu es avec moi » (Tehillim 23: 4). Les expériences effrayantes et traumatisantes de sa vie ont donné au roi David le droit de composer ces paroles, qui réconfortent depuis. Le samedi soir, alors que nous nous aventurons hors de la sécurité du Chabbat dans les inconnues de la semaine, nous nous fortifions de la confiance en D.ieu que nous avons prise de la journée. Et ainsi Chabbat culmine avec la déclaration confiante des paroles du prophète Isaïe que nous proclamons lorsque nous procédons à la Havdala: «Je ferai confiance et je ne craindrai pas - car Dieu est ma puissance et ma louange (Yechayahou 12: 2).»

Que 2021 soit l'année où nous intégrerons la confiance et la foi en Hachem dans nos vies.

C'est maintenant notre chance de saisir le cadeau qu'est Chabbat.

Grand Rabbin Dr. Rav Warren Goldstein

Le grand Rabbin Warren Goldstein est le grand Rabbin d'Afrique du Sud, fondateur et initiateur du Chabbat Mondial - The Shabbat Project.

Vous pourrez aussi aimer
Chabbat pic
Le chant "Lekha Dodi" qui a bouleversé l'homme arabe
by Torah Box
Copy of Le Chabbat Mondial 2020
Le Chabbat Mondial 2020
by Chabbat Mondial
Chavouot
Chavouot, un enseignement: Une torah d'aujourd'hui
by Grand Rabbin Dr. Rav Warren Goldstein